Collectif de travail EIM 

Donner le bon médicament à la bonne personne, le bon dosage et de la manière adéquate, ce sont des actions qui paraissent évidentes dans un hôpital, mais où l’erreur peut se glisser ! Les hôpitaux de la FHV ont développé des moyens de prévention.

Dans le cadre du projet « sécurité patient » les événements indésirables liés aux médicaments (EIM) sont un sujet important pour la FHV et ses hôpitaux membres. Dès 2008, des interventions d’amélioration ont commencé à être mises sur pied dans la majorité des hôpitaux de la FHV.

En quoi consistent ces changements ? Ils se sont articulés autour de trois thèmes.

Tout d’abord l’identification du patient. Il s’agit de toujours s’assurer, pour le personnel médical, d’être en présence de la bonne personne. Pour cela, la pose d’un bracelet d’identification a été décidée et le déploiement des imprimantes est actuellement en cours au sein des établissements. De plus, avant tout soin, le personnel doit toujours s’informer de l’identité du patient.

Ensuite les médicaments à haut risque. Dans cette catégorie se trouvent tous les médicaments dont les effets indésirables, en cas d’utilisation incorrecte, sont graves, voire peuvent provoquer la mort. Pour ces produits un redoublement de vigilance est nécessaire. Toutefois, dans les infrastructures hospitalières actuelles, ce n’est pas toujours possible. Pour y remédier, plusieurs propositions ont été émises. Notamment celle de réduire au minimum nécessaire ces médicaments dans les unités de soins. Ainsi moins il y a de produits potentiellement dangereux plus le risque diminue. Ou encore, il est possible de stocker ces médicaments de manière séparée. Ainsi, le risque de confusion est réduit.

Enfin, le dernier thème concerne la préparation des médicaments. Cette étape est l’une des dernières avant que le médicament n’atteigne le patient. Il faut donc la sécuriser au maximum, car les risques sont multiples. Par exemple une dose ou une concentration erronée, une prise à un moment inadéquat, la sélection du mauvais médicament.

Il existe deux axes principaux sur lesquels il est possible d’agir. Tout d’abord les locaux. Plus ces derniers sont grands, spacieux, calmes, lumineux et bien rangés, plus il sera facile de trouver le bon médicament à administrer.

Les moments de la préparation et de l’administration sont aussi des moments critiques. Plus il y a d’interruptions, plus le danger est grand de commettre des erreurs. Le travail d’amélioration se fera aussi à ce niveau-là.

La FHV et ses membres se sont lancés dans un projet important, d’une ambition novatrice pour le milieu hospitalier. Cela démontre leur ouverture d’esprit et le souci constant de mettre le patient au cœur de leurs préoccupations.


Thème(s): Sécurité liée au médicament